La vieille maison était remplie d'armes de guerre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La vieille maison était remplie d'armes de guerre

Message  David.H le Jeu 22 Sep 2011 - 20:33

Bonjour, Razz

Petite information locale... comme quoi il se cache encore pas mal de choses dans les greniers de la région... :sifl:

http://www.lunion.presse.fr/article/region/la-vieille-maison-etait-remplie-darmes-de-guerre
La vieille maison était remplie d'armes de guerre
Publié le lundi 19 septembre 2011 à 11H00

CHÂLONS-EN-CHAMPAGNE (Marne). A 63 ans, il se serait bien passé d'une aussi encombrante découverte, qui lui vaut une convocation au tribunal. Les armes à feu étaient accompagnées d'un énorme stock de munitions.

«LE gars a qui j'ai acheté cette maison m'avait dit : tout ce qu'il y a dedans, je vous le laisse. Vous aurez des surprises». Il n'avait pas menti. Jean-Luc Maqua n'en revient toujours pas. Depuis l'achat de cette ancienne demeure rue de La Cheppe à Courtisols, en juin dernier à un ancien militaire, son existence a pris un tournant angoissant. L'édifice est en très mauvais état, il menace par endroits de s'écrouler, pourtant ce ne sont pas les trous dans le toit et dans les murs qui lui font peur. Non, le pire, c'est ce qu'il a découvert dans le grenier.

« Je me suis dit que j'allais commencer à vider la maison. J'ai fait de drôles de trouvailles. Des cadavres de chat dans le buffet, beaucoup de détritus, des papiers… » se souvient-il, et puis « sous le toit je suis d'abord tombé sur une immense collection de timbres, il y en avait 35 000, de tous les pays, avec des cachets de cire d'autrefois. Il y avait aussi une belle collection de pipes, des pièces et puis des armes, beaucoup d'armes ». Des pistolets de toutes les époques, une carabine 22 long rifle, un fusil Lebel, un morceau de grenade à main. Le tout en état de fonctionnement, bien conservé, avec toutes les munitions adéquates. Des centaines de balles, de cartouches, et même une bande de mitrailleuse contenant des projectiles non percutés.

Un drôle de collectionneur
Dans un premier temps, cette découverte le consterne. Et il ne sait pas quoi faire du reste. Jean-Luc Maqua a alors l'idée de contacter un collectionneur pour vendre les objets ayant un peu de valeur, « sauf les armes de guerre, que je comptais bien sûr déclarer » affirme-t-il. Il se renseigne comme il peut, et finit par être mis en relation avec un homme qui lui explique venir de la Sarthe. « Il ne me croyait pas quand je lui ai dit que je possédais 35 000 timbres. Mais une semaine après il est arrivé ici », l'homme en question aurait été sidéré par l'étendue des collections. « La discussion a duré plus de trois heures. Quand il s'est rendu compte qu'il y avait aussi des armes, il a absolument voulu acheter un pistolet d'ordonnance de l'armée française datant duXIXe siècle, enroulé dans un chiffon avec ses munitions et la Légion d'honneur de son propriétaire », ce que Jean-Luc Maqua lui refuse tout net. Devant cette opposition, le collectionneur se serait mis en colère. « Il a pris un beau vase et un seau rempli de pièces anciennes sans grande valeur, il y en avait 24 kilos. Il m'a dit qu'avec ça son voyage, au moins, serait dédommagé. Je lui ai donné, il a tellement insisté, il était furieux » relève le malheureux propriétaire. Peu de temps après cet incident, « les gendarmes m'ont appelé ». A ses yeux, il est difficile de ne pas voir un lien de cause à effet entre la visite du collectionneur et l'appel de la gendarmerie, qui concernait précisément la détention sans autorisation d'armes de guerre de 1re ou 4e catégorie.

Les militaires ont rapidement mis la main sur l'armada. Jean-Luc Maqua a été entendu plusieurs fois, dans le cadre de l'enquête, par la brigade de Courtisols. Il a été établi qu'il n'a jamais fait commerce de son dangereux stock, mais il est tout de même convoqué au tribunal de grande instance de Châlons le 30 septembre. Le parquet, reconnaissant sa bonne foi, l'a laissé libre, tout en réclamant le paiement d'une amende de 250 euros. Précisons que le courtisien n'est pas connu des services de la justice.

Des témoins de l'enquête, pour leur part, laissent entendre que le collectionneur n'est pour rien dans le lancement de la procédure. Tout aurait commencé à l'occasion de l'incendie d'une grange voisine. Lorsque les pompiers sont arrivés, Jean-Luc Maqua leur avait confié un premier échantillon de sa funeste trouvaille : un seau rempli de 475 cartouches…

Sébastien LAPORTE

_________________
A+
David.H
Forums: http://labaionnette.superforum.fr
avatar
David.H
Vieux briscard
Vieux briscard

Messages : 258
Age : 44

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum